La vallée de l’Elqui : pisco, étoiles et haute altitude.

Nous dépassons La Serena et nous nous engageons dans la vallée de l’Elqui. Cette vallée ensoleillée suit le cours du Rio Elqui. Nous restons quelques jours à Vicuna, sur le parking d’un hôtel 4 étoiles, Le Terral Hotel. René et Karen, les propriétaires, possèdent un camion aménagé et nous les avions rencontrés à Valdès. Ils accueillent régulièrement des voyageurs au long court.  Nous sommes accueillis comme des amis et nous profitons de la piscine de l’hôtel chaque après-midi. Nos amis d’Allemagne nous rejoignent et nous partons explorer la vallée. Ici les coteaux sont couverts de vigne. Le climat sec et chaud, semi-désertique donne des conditions idéales à la production de raisins très sucrés comme le Muscat et le Torontel. La production est tournée vers le Pisco, une eau de vie locale. Nous visitons deux distilleries artisanales. La première, Aba, se situe à quelques minutes de Vicuna.

IMG_6897

IMG_690020170203_153625IMG_672620170203_154441IMG_6730IMG_6727IMG_6738

20170203_155818IMG_6751
Puis nous allons jusqu’au village de Pisco Elqui, situé à 1.280 m d’altitude. C’est un village typique avec sa belle place centrale, ses rues sinueuses et pentues et son artisanat.Nous apprenons tout sur la fabrication de Pisco à Los Nichos, entreprise à taille humaine qui produit le meilleur pisco artisanal du Chili. ( A l’opposé le Pisco Mistral est issu d’une production industrielle.)

IMG_5734_MG_5744IMG_6776IMG_6781IMG_5772IMG_5761IMG_6789Nous poursuivons la route vers un des rare endroit où le raisin est destiné à la production de vin rouge et vin blanc : Cavas del Valle. Visite, explication et dégustation sont au programme. Nous sommes séduits par un vin rouge en vendange tardive , très rare en France, où nous connaissons plutôt le blanc en vendange tardive. Ici le climat permet de récolter les grappes tard dans la saison.

20170203_193640

IMG_6798IMG_6800IMG_6791IMG_6794Pour le lendemain nous avons décidé de monter au Paso de Agua Negra car d’autres voyageurs nous ont vanté la beauté du col. Ce passage permet de rejoindre l’Argentine. Nos amis allemands continuerons par là, alors que nous retournerons vers Vicuna. Pour s’acclimater à l’altitude, nous cherchons un bivouac vers 2500m, que nous ne trouverons pas. Nous dormons à seulement 1600 mètres d’altitude.

IMG_6806Le lendemain les splendides paysages de la montée vers Agua Negra s’offrent à nous. Au détour des virages des Ah! et des Oh! d’émerveillement ponctuent les conversations. Les couleurs sont incroyables : du rouge, du vert, du bleu, du gris, du jaune.  La montagne est arc en ciel. Nous continuons de monter, monter, monter…Nous dépassons une lagune et sommes déjà  à 3300m. Ça va encore…pour l’instant.

IMG_589120170204_144704IMG_5859IMG_5903IMG_5955IMG_6839IMG_5927IMG_5961Bientôt nous atteignons un passage où la glace est sculptée par le vent et prend la forme de moines…étrange.IMG_5970IMG_6020IMG_6879IMG_6884Toujours plus haut, l’asphalte a laissé depuis longtemps la place au ripio, nous testons la fiabilité du véhicule en haute altitude. À part un léger manque de puissance, Oukilay atteint le Paso en pleine forme. On ne peux pas en dire autant de ses occupants. A bord, rien ne va plus. Grosse fatigue, essoufflement, maux de tête et perte d’appétit sont plus au moins présents chez tout le monde, les allemands y compris. Nous partageons un rapide dîner tous ensemble ( enfin pour ceux qui peuvent avaler quelque chose…) au chaud dans le camping car germanique. Dehors il fait un froid polaire. Puis on se dit au revoir et chacun reprend la route dans des directions opposées, mais vers des altitudes plus raisonnables pour passer la nuit. Nous bivouaquons donc un peu avant le poste frontière coté chilien, à 2800m. Nous savions que nous étions montés trop vite et qu’une nuit intermédiaire  à 3000m aurait été nécessaire pour l’acclimatation. La prochaine fois nous prendrons plus le temps.

IMG_602620170204_192821IMG_6896

Le lendemain nous retournons à  Terral Hotel passer quelques nuits. La région est réputée pour son ciel clair qui permet d’observer la voûte céleste. Les télescopes sont nombreux et nous décidons de réserver une soirée à l’observatoire Alfa Aldea. La sortie est très instructive et nous aurons la chance d’observer la lune biensûr mais aussi les nébuleuses, les amas et les constellations. Bref un court d’astronomie pour débutants autour d’un verre de vin et d’une soupe.

WP_20170202_01_59_53_ProImage associée

Avant de partir nous offrons à Karen et René et aux autres voyageurs présents une inoubliable soirée crêpes…

DSCF3137

DSCF3144DSCF3161IMG_6907DSCF3165DSCF3212DSCF3188Puis nous quittons René et Karen, et après les 4780 mètres du Paso Agua negra nous décidons de faire le grand écart et de rejoindre la côte Pacifique pour aller faire un petit coucou aux Manchots de Humboldt, aux baleines et autres cétacés dans la réserve nationale Pingüino de Humboldt.

Au petit matin, nous embarquons avec une dizaine de touristes sur un bateau et découvrons la faune. Nous n’aurons pas la chance d’apercevoir la baleine bleue, mais les baleines Fin se montrent souvent, ainsi que des dauphins Bottle noses, un Mola Mola, des manchots de Humboldt, des loutres, une colonie de lions de mer et plein d’oiseaux. Nous ne regrettons pas cette belle balade de presque trois heures.

IMG_6995

IMG_6984IMG_6971

IMG_7069 (2)IMG_7083IMG_7189 (2)IMG_7131IMG_7166IMG_7142IMG_7151 (2)IMG_7121 (2)IMG_7235Puis notre route nous conduit toujours sur la côte, un peu plus au nord, vers la jolie plage de la vierge. Nous en profitons, avant de quitter pour un petit moment le Pacifique, direction la cordelière des Andes à nouveau…IMG_7298

4 réflexions au sujet de « La vallée de l’Elqui : pisco, étoiles et haute altitude. »

  1. Comme d’habitude de très belles images.
    Belle soirée crêpes et danse bretonne.
    Pour le vin rouge vendanges tardives j’aurais bien aimé en être. ..
    Bisous à tous les quatre.
    Papa et maman
    papi et mamie

  2. Bonjour a tous
    Vous nous faites rêver avec de superbes images.Comme quoi il n’y a pas que la France qui a du bon vin. Bonne route à vous
    Alain et Evelyne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *