Off-road au nord-ouest de l’Argentine : notre plus belle piste 4×4.

Cap au nord-ouest de l’Argentine pour vous faire découvrir notre coup de cœur en terme de piste 4×4. Pendant 5 jours nous avons zigzagué entre salars, volcans, lagunes  et dunes de sable.

A peine dépassé le Paso San Francisco qui sépare le Chili de l’argentine, nous atteignons la petite ville de Fiambala. Nous ne faisons pas de halte aux thermes, pourtant réputées, car il nous tarde de partir sur une fameuse piste. Alors le temps de faire le plein du frigo, du réservoir d’eau et de gasoil et nous voilà partis vers le nord. Mais pas par la route, non. Nous allons quitter l’asphalte pour plusieurs jours.

La première étape nous permet de rejoindre le petit village de Las Papas. La piste suit un rio , le traverse plusieurs fois et parfois nous roulons littéralement dans le lit de la rivière sur quelques mètres. Nous progressons ainsi au fond d’un canyon pendant 30 km ( 3 heures!). Nous trouverons un petit arbre pour déjeuner à l’ombre et bien sûr les filles profiterons de la halte pour faire trempette. Puis en début d’après midi nous atteignons Las Papas. Ces quelques habitants nous accueillent  aimablement et nous nous installons pour la nuit au bout du village sous le saule. La dizaine d’enfants est ravie de rencontrer les filles et il s’en suit une grande partie de rigolade pour tous les mômes : playmobils, découpage, dessins et course poursuite avec un bébé vigogne les occupent jusqu’au soir. Au moment du dîner les enfants argentins nous annonce leur menu : soupe de vigogne, oups!

IMG_7584IMG_7590

IMG_7592IMG_7596

IMG_7599IMG_7601IMG_7609

IMG_7626IMG_7663

IMG_7631

IMG_7636IMG_7641 (2)IMG_7649IMG_7657 (2)

Le lendemain, la piste qui nous attend est complètement différente. On quitte le village de Las Papas en nous élevant sur un chemin étroit, raviné par la pluie. Les montagnes nous entourent. On passe un petit col et sur la Puna, le décors change radicalement et nous voici entourés de sable. La Puna est un haut plateau d’altitude de la cordillère des Andes qui a pour particularité géographique de posséder de gigantesques dépressions, raison pour laquelle on y trouve un chapelet de lacs salés plus grands les uns que les autres. A midi, on déjeune au bord de la Laguna Aguada Alumbrera. On se contente d’un blanc de poulet…les flamants sont trop farouches, hihi.  Puis on poursuit sur une vague trace qui passe dans les dunes  à près de 4000 mètres d’altitude. Incroyable. Nous arrivons enfin au secteur San Buenaventura (4313m) qui signe le début du champ de pierres ponces. Nous, on s’attendait aux petits cailloux blancs du Petit Poucet. Que nenni, certaines pierres ponces sont plus grosses que le camion. Nous allons de découverte en découverte! En pleine Cordillère des Andes nous ne nous attendions pas a ce paysage sans égal, comme issu d’une autre planète. Dans cette zone caractérisée par la présence de plus de deux cents volcans, parmi lesquels les géants d’Antofalla, Carachi Pampa, Antofagasta, La Alumbrera et le Volcan Galán, une éruption de très forte puissance -celle du Volcan Blanco- a formé ce “ campo de piedra pomez “. Ces 5000 pierres ont été formées à des températures comprises entres 500 et 600 degrés. Projetées en l’air, elles sont retombées et ont subi un brusque refroidissement créant une chute de pression. Cela a enfermé des bulles d’air dans la roche qui est caractérisée par sa forte porosité et sa faible densité. Avec ses 25 km d’étendue, ce champ semble une mer de rochers blancs avec des crêtes rosées que le vent –inhospitalier- qui descend des Andes a taillé  en des sculptures fascinantes.

IMG_7667IMG_7668 (2)IMG_7670

IMG_7673IMG_7674

IMG_7678IMG_7679

IMG_7685IMG_7688

IMG_7693IMG_7699

IMG_7705IMG_7716

IMG_7725IMG_7723A l’ouest de ce secteur se dresse comme toile de fond la silhouette sombre du volcan Carachi Pampa. On ne peut pas louper ce cône noir qui se détache dans le paysage. Le volcan composé de basalte,haut de 340m,est bordé par le salar du même nom, ainsi que par une laguna où l’on retrouve encore des flamants… Nous bifurquons donc vers ce volcan en quittant la piste principale. On avance a vue sur quelques centaines de mètres car le sol est si dur que les traces de 4×4 ne marquent pas . Heureusement quelques cairns balisent ce secteur. Enfin nous sommes au pied du volcan et roulons littéralement sur la lave noire. Elle est coupante. Parfois nous devons enclencher la vitesse courte pour passer certains passage très pentu. Oukilay est toujours vaillant. En fin de journée nous bivouaquons près de la lagune, abrités du fort vent par les quelques arbres d’une bergerie.IMG_7720IMG_7733

IMG_7738IMG_7746IMG_7754IMG_7755

IMG_7749IMG_7765

IMG_7774IMG_7786

IMG_7790IMG_7792

IMG_7819IMG_7806

IMG_7814 (2)

Au matin du 3ème jour nous rejoignons la petite bourgade d’Antofagasta de la Sierra (3400m). Nous dépassons d’abord au sud les volcans Antofagasta et Alumbrera qui forment comme deux cheminées basaltiques de 150 mètres de hauteur appelées Los Negros. Nous observons de nombreux lamas près d’une lagune. Nous profitons du village pour faire le plein d’eau et quelques courses. Nous écoutons un peu des musiciens traditionnels en mode “ retour de fiesta”… Puis nous nous dirigeons vers le nord ouest. Nous longeons le rio de la Sierra Calalaste pour rejoindre le Salar d’Antofalla (3900m). Ce salar représente une bande de 134 kilomètres de long sur laquelle veille, du haut de ses 6.437 mètres, le volcan d’Antofalla. Nous traversons un paysage de sel aux sculptures naturelles fantaisistes avant de rejoindre le village d’Antofalla. Ce hameau situé à 3380 m d´altitude, est un des villages les plus isolés d’Argentine. Il n’y vit que 8 familles ( environ 40 personnes). Antofalla, avec Antofagasta, étaient des stations importantes pour les caravanes reliant cette partie des Andes avec San Pedro d’Atacama (Chili).  Nous bivouaquons à l’ombre des peupliers et saules de ce petit oasis.

IMG_7838IMG_7842 (2)IMG_7844IMG_7846IMG_7864IMG_7867IMG_7871

IMG_7876IMG_7878IMG_7880IMG_7881IMG_7884IMG_7885

IMG_7906IMG_7904 (2) IMG_7913IMG_7919IMG_7922IMG_7926

IMG_7933Le 4ème jour nous décidons de faire un petit aller retour le long du salar d’Antofalla pour découvrir les Ojos del Campo, des lagunes très atypiques aux différentes couleurs, des puits d’eau au cœur du Salar. Nous irons jusqu’à Vega de La  Botijuela au bord du Salar rendre visite à Simon. Simon est un Hermite dont la maison se situe derrière le geyser avec une piscine d’eau thermale et une vue panoramique extraordinaire sur le salar. Après le déjeuner nous revenons sur nos pas, dépassons Antofalla et continuons jusqu’à la petite oasis Antofallita où nous passons la nuit.

IMG_7943IMG_7957IMG_7960IMG_7966 (2)

IMG_7976IMG_7979IMG_7981

IMG_7983IMG_7994IMG_8010IMG_8020

IMG_8022IMG_8036

Au matin de 5ème jour nous entamons notre retour à la civilisation…Nous rejoignons le salar d’Arizaro (1600 km², le plus grand d’argentine et le troisième plus grand du monde). En arrivant sur le lac salé, nous croisons le fameux cône de Arita dont la formation reste un mystère inexplicable. La traversée du lac salé d’Arizaro sur 70km suit le chemin qu’empruntait les arrieros (les bergers qui guidaient les caravanes d’animaux vers le Chili). En quechua, Arizaro signifie le cimetière des vautours, son nom provient de cette période où de nombreux animaux (vaches et chevaux) mourraient pendant la traversée du lac salé.

Image associée

A la sortie du petit village de Tolar Grande nous découvrons sur le coté du salar les fameux Ojos de Mar, où l’on a une envie irrésistible de piquer une tête… Dans ces lagunes, on trouve des stromatolithes, organismes cellulaires de quelques millimètres de long, vieux de 3,5 milliards d’années, qui absorbent le dioxyde de carbone et libèrent de l’oxygène. On en dénombre très peu de ce genre sur la planète.

IMG_8052IMG_8063

IMG_8066IMG_8047

En sortant de Tolar Grande pour se rendre à San Antonio de Los Cobres, la piste longe le Salar del Diablo puis débouche dans les fameux « 7 curvas » (7 virages) dans le désert du Diable.

IMG_8072

Temple de l’argile, c’est un site remarquable par sa couleur rouge prédominante. Également appelé « Désert du Labyrinthe ». Un récent orage a rendu la sortie de cette piste très…comment dire ? Salissante?? Bon, non, on n’a pas changé de voiture. C’est juste qu’on a roulé dans des rivières de boue!!

IMG_8079IMG_8082IMG_8081

En soirée nous rejoignons le Paso Sico, qui marque la limite entre l’Argentine et le Chili.

IMG_8089

Les douaniers sont accueillants et ils nous offrent la possibilité de dormir en dortoir, avec accès aux douches chaudes et à la salle commune. On passe la nuit au chaud alors que dehors gronde l’orage. Le lendemain on arrive au Chili pour rejoindre la célèbre région D’Atacama. Nous apprendrons plus tard que le secteur de Salta, non loin de nous, en Argentine a été fortement touché par les orages et le Paso Jama, au nord a même été fermé. On a évité le mauvais temps!!

Au final, le bilan de ces 5 jours de piste est vraiment positif car les paysages étaient très variés, toujours étonnants. Nous n’avons croisé personne en off road, et les trois hameaux traversés sont très calmes et accueillants. Vous l’aurez compris c’est notre énorme coup de cœur en terme de piste sur ce voyage.

10 réflexions au sujet de « Off-road au nord-ouest de l’Argentine : notre plus belle piste 4×4. »

  1. Coucou, toujours magnifiques vos photos ! !je comprends votre coup de coeur !
    Je ne connaissais pas les « vigognes « ?!je ne mange plus beaucoup de viande mais là, oui je crois comme vous que j aurais eu du mal avec la soupe ! !
    Oukilay est super solide ! Bonne continuation à vous quatre. Bisous
    Isabelle

    • Salut,
      La vigogne est le plus petit des camélidés , environ 1,5m maximum. Sa laine est très fine et elle sert à la confection des vêtements de luxe. Elle est plus douce, plus rare et plus cher que le cachemire ou l’alpaga. Bref, dommage de finir en soupe…
      Et oui ces quelques jours étaient vraiment géniaux, paysages variés et Oukilay toujours en forme!!
      Bises

    • Salut,
      Merci,merci…
      Bon, vu les paysages on a pas de mérite pour avoir fait de belles photos!!
      En tout les cas, les rencontres dans ces petits villages nous permettent de mettre en application nos cours d’espagnol!!
      A bientôt

  2. Salut les voisins
    Quelle aventure ! des paysages différents dans la même région et toujours aussi magnifiques . Vous nous faites rêver avec vos reportages . J’ai trouvé l’erreur sur la photo avec les enfants de Las Papas …..
    Bonnes vacances et continuez comme çà c’est super
    Bisous à tous les 4

    • Salut Kervily!
      Et oui , le principal intérêt de ce trajet, c’est la grande diversité des paysages en si peu de kilomètres…même si ici les km ne veulent pas dire grand chose. En effet, en fonction de l’état de la piste on ne faisait parfois que du 10 à l’heure!!
      Bises à vous et à bientôt…

  3. Salut a la petite famille ….
    Nous sommes bien rentrés et du coup on est toujours la bas …..grace a vous…..
    Continuer a vous faire plaisir …….et nous faire rever…..
    Marie Thè et Denis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *